Depuis que je me suis intéressé au développement personnel, je n’ai eu de cesse de comparer les nouveaux outils de productivité ou de prises de notes qui étaient disponibles. Par outils de travail, j’entends ici logiciels, systèmes et manière de fonctionner.

Avec le temps et l’expérience accumulée, je peux répondre à cette question: Quelles sont les erreurs à ne pas faire en choisissant des outils de travail ?

Cela en 3 points, c’est parti!

1. Vos outils de travail sont à votre service, pas l’inverse

Le souci majeur que j’ai eu pendant plusieurs mois, c’est que mon logiciel de prise de note devenait plus important que ce que je faisais. En fait, mon but principal était juste d’avoir les meilleurs outils. Par cela, j’entends: la meilleure application, la meilleure manière de m’organiser… En apparence, cela peut sembler utile. Mais plus le temps passe et plus je me rends compte que les outils doivent rester au service de nos ambitions.
Le principal, c’est qu’ ils restent votre manière d’accomplir quelque chose.
Par exemple, si vous devez faire des trous dans un mur, vous utiliserez une perceuse. Alors, vous utilisez la perceuse pour faire des trous et non pas l’inverse. Cela doit être pareil avec les outils de travail: utiliser un logiciel pour créer quelque chose et non pas l’inverse.

2. Vos outils de travail doivent rester simple et nous plaire

La simplicité est fondamentale

Ce dont je me suis rendu compte en regardant de nombreuses vidéos et lisant beaucoup de livres sur le développement personnel, c’est que les youtubeurs (sûrement pour un impératif de vues), peuvent avoir tendance à se concentrer sur les logiciels, systèmes d’organisation et la manière de les utiliser, souvent avec des vidéos tutoriels.

Je ne nie absolument pas leur utilité. Mais si vous lisez des livres importants dans le monde de la productivité (Getting things done ou Deep Work, entre autres), vous remarquerez que peu détaillent longuement les logiciels utilisés, mais s’axent plutôt sur de grands principes ‘fondateurs’ d’une manière de s’organiser ou réfléchir.
Personnellement, je pense que passer trop de temps à choisir des outils est inutile. On peut se retrouver à bidouiller un paramètre pendant de longues heures au lieu de l’utiliser pour son but premier: nous faciliter la vie.

Prenons l’exemple d’une voiture. Si vous êtes intéressé par le monde automobile, libre à vous de passer des heures à bichonner et améliorer votre véhicule. Cependant, lorsque vous utilisez votre voiture pour vous déplacer chez des amis ou au travail, cela ne vous dérange pas que votre voiture reste simple et vous emmène d’un point A à un point B sans se prendre la tête. C’est pareil ici: vos outils doivent rester simple pour ne pas entraver vos ambitions.

Le plaisir d’utiliser les outils de travail

De plus, notre mode de transport doit nous plaire. Si vous êtes plus vélo que roller, mais que vous devez en faire tous les jours pour vous déplacer, vous allez devoir vous forcer. Cela va vite vous ennuyer et vous passerez à autre chose. Alors, vous “perdrez” tout le temps passé à apprendre le roller. C’est pareil avec des outils qui ne nous plaisent pas: si l’on s’efforce de les utiliser, ce sera juste du temps perdu, qui aurait pu être utilisé pour faire quelque chose de plus épanouissant. De plus, ce cycle de recherche-utilisation-abandon peut être infini, jusqu’à ce que l’on trouve les solutions parfaite.

3. Vos outils de travail changent notre manière de penser

diverse women communicating online with laptop
Source

Nos modes de transports influent sur notre manière de faire. Par exemple, si on se déplace à vélo, on aura des jambes plus musclées. En voiture, on ira plus vite; La trottinette permet de prendre l’air sans trop se fouler… Tous ces objets ont une influence sur notre caractère et différents usages.

Chaque outil a une manière différente de fonctionner. Donc ils changent notre manière de s’organiser, prendre des notes en découle alors un changement de manière de penser. Par exemple, lorsque l’on prend toutes ses notes sous forme de point, dur dur de repasser sur un bon vieux document word. Cela peut améliorer le processus créatif mais aussi le brider. Par exemple, Obsidian permet de retrouver facilement ses idées. Cependant, Word est plus réduit et peut rendre notre manière de penser moins créative.
Il faut donc bien choisir ses outils de travail pour ne pas brider notre créativité. C’est un point très important!

Alors, comment bien choisir ses outils? Pour cela, pas de secret: il faut les essayer sans les sacraliser et en gardant une manière simple de fonctionner.


J’espère que cet article t’aura plu! N’hésite pas à le partager pour montrer à tes amis que les outils sont fondamentaux dans le travail du créateur. Tu peux aussi retrouver d’autres articles ici.A bientôt!

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *